Six jours de visite n'auront probablement pas suffi à aborder les erreurs et errements du passé. La relation entre la Belgique et le Congo est aussi ancienne que douloureuse et complexe. L’administration de Leopold II au Congo est souvent décrite comme un génocide : actes de tortures et racisme systémique sur la population. On impute au roi la mort de plus de 11 millions de congolais. Historiquement, Léopold II s’octroie la propriété personnelle du pays après la conférence de Berlin en 1885 sur le partage européen de l’Afrique.

12 ans plus tard, visite royale sur le thème des « erreurs du passé ».

Une visite royale de six jours ! voilà près d’une décennie qu’un souverain belge ne s’était rendu en République démocratique du Congo. Au menu du déplacement royal, rencontre avec le Président Félix Tshisekedi et les parlementaires ; tournée dans les villes de Kinshasa, Lubumbashi et Bukavu au sud-est du pays.

En début de séjour, deux moments symboliques dont la remise de masque et un discours devant les dignitaires congolais. Cependant, le discours tant attendu à dû en laisser quelques uns déçus. Si Philippe de Belgique reconnait que le règne de terreur de Léopold II ainsi que le régime colonial belge étaient basés sur du paternalisme et du racisme, à l’instar de sa lettre de 2020, il n’exprime que des regrets. Toujours pas d’excuses !

La question des excuses n’embarrasse pas que la famille royale belge mais aussi le gouvernement. Toutes les anciennes puissances colonisatrices sont dans la même situation épineuse. Présenter des excuses reviendrait à s’exposer à une demande de réparation. Réparations qui se chiffreraient en millions d’euros. La prospérité et les richesses des pays d’Occident s’expliquent en grande partie par la colonisation et ses “bienfaits” pour ces pays colonisateurs. Un fruit mûr et en même temps pourri dont certains bénéficient encore des retombées.

Mes plus profonds regrets pour les blessures du passé, un passé marqué par les discriminations, les exactions et le racisme.

La suite de la visite diplomatique s’est poursuivie dans la province du Katanga à Lubumbashi.

Ce fut l’occasion d’une rencontre avec près de 10.000 étudiants, qui comme à Kinshasa, ont réservé un accueil très enjoué au roi des Belges. Les thèmes abordés lors des discussions traitaient d’avenir, des conflits dans le pays mais aussi d’écologie et des ressources naturelles, une thématique qui impacte la planète. La dernière étape du voyage s’est opérée à Bukavu au Sud Kivu. Une visite de l’hôpital général de Panzi et rencontre avec son éminent directeur et fondateur :  le Dr Denis Mukwege. Gynécologue et militant des droits de l’Homme qui se bat contre les violences sexuelles faites aux femmes et contre le viol comme arme de guerre, son combat et son oeuvre lui ont valu un prix Nobel de la paix.

Après Bukavu, le couple royale retournera à Lubumbashi, une visite éclair qui aura pourtant forcé les habitants dont les habitations se trouvaient sur le passage du cortège royal à repeindre leurs façades et à fermer leurs commerces. Des voix de mécontentement se sont élevées.

L’administration de Leopold II au Congo est souvent décrite comme un génocide : actes de tortures et racisme systémique sur la population. On impute au roi la mort de plus de 11 millions de congolais.

Historiquement, Léopold II s’octroie la propriété personnelle du pays après la conférence de Berlin en 1885 sur le partage européen de l’Afrique. (Conférence à laquelle l’Afrique « doit » ses frontières tracées à la règle). Les ambitions colonisatrices du monarque datent de 1877 et le Congo devient donc son Royaume Privé. Un an avant sa mort, il lègue l’État Indépendant du Congo à la Belgique.

Dans quelques semaines, l’actualité se concentrera encore sur les relations belgo-congolaises, c’est le retour des reliques de Patrice Emery Lumumba dans ses terres natales. Patrice Emery Lumumba a été assassiné avec l’aide de mercenaires belges. Un ancien colon belge, le policier Gérard Soete, qui avait aidé à faire disparaître le corps de l’homme politique, avait aussi volé une de ses dents qu’il a ramené en Belgique comme prise de guerre.

Le retour de la dent, demandé par la famille Lumumba avait été promis par le roi des Belges en 2020. La cérémonie et le retour ont été plusieurs fois reportés pour cause de Covid. Des membres de la famille Lumumba s’opposent au retour de la relique sous le régime Tshisekedi. Pour une analyse critique de cette visite royale, retrouvez la vidéo d’Édito d’Afrique de Kinoss Dossou ce lundi 20 juin.

Sarah Mbengue

Sarah Mbengue

Journaliste formée entre Paris, Londres et Bruxelles, elle s'intéresse aux questions de migration, de politique et de société. Avec des compétences en techniques multimédia, Sarah estime qu'être journaliste, c'est donner une voix à ceux qui n'en n'ont pas. Ça tombe bien ! Elle va s'y atteler.

Voir tous les articles

Enjeux sur Facebook

This message is only visible to admins.
Problem displaying Facebook posts.
Click to show error
Error: Server configuration issue

Suivez-nous sur Twitter

Envoyer une vidéo

Vous êtes éditeur et vous aimeriez partager votre créativité avec le monde? Soumettez votre vidéo en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Envoyer une vidéo

RECEVEZ L’ACTUALITÉ

Abonnez-vous à la newsletter pour recevoir nos nouvelles. Restons à jour!

logo couleur Enjeux