En 2021 il est impossible de quantifier ou d’identifier la localisation exactes des oeuvres volées, sauf celles dans les musées. Il appartient aux gouvernements d’organiser le retour des oeuvres là d’où elles viennent. Mais encore une fois la marche à suivre semble compliquée: la France à choisi une tactique celle d’une communication flamboyante: des discours, des cérémonies. Le faste français en somme. Outre-rhin, L’Allemagne à annoncée en Aout 2021 qu’une collection appelée Bronzes du Bénin serait rapatriée à son Nigeria d’origine (pour la petite info le Nigéria était appelé à l’époque:  Royaume du Bénin). La Belgique quant à elle opte pour une résolution en interne au motif que l’annonce et

Chaque semaine nous aborderons un thème qui a trait à l’actualité Africaine. Cette semaine, pour faire écho à la visite du Président Béninois Patrice Talon, qui était en France aujourd’hui pour la restitution des 26 trésors béninois, après des années de négociations. Cette restitution fait suite à la promesse, à demi mot du Président Français Emmanuel Macron, en 2017 à Ouagadougou en 2017, qui déclarait vouloir la restitution du patrimoine pillé en Afrique. 

 Nous allons parler du vol (et de la restitution) des oeuvres d’arts du continent africain. C’est un vaste sujet. Controversé pour certains, beaucoup moins pour d’autres.

Pour prendre un peu hauteur et contextualiser :  si ici nous parlons d’une situation précise , il faut savoir que le vol d’oeuvres d’art ce n’est pas juste une affaire d’Europe vs Afrique. Il ya eu des vols intra-européens: tels que les artefacts grecs: Marbres Elgin qui sont depuis plus de 200 ans au British Muséum à Londres, ou le vol des oeuvres d’art appartenant au population juives pendant la 2ème Guerre Mondiale. Les exemples sont nombreux mais rien n’est comparable au pillage qui à eu lieu sur le continent noir. 

Certains marchands d’arts et experts estiment qu’entre 80 et 95% du patrimoine d’art classique africain se trouveraient en Europe. Il est très compliqué de vérifier ou de chiffrer la réalité. Mais si le remplissage du Musée du Quai Branly à Paris et de l’Africa Museum à Bruxelles sont des bons indicateurs. Il faut  supposer la véracité de ces estimations. 

Pour rappel le Musée du Quai Branly c’est 70 000 oeuvres d’Afrique subsaharienne, L’Africa Muséum quant à peut se targuer d’une collection de 120 000 pièces du continent noir. Pour comprendre un peu plus comment toutes ces oeuvres se sont retrouvées en Occident il faut distinguer 3 périodes dans l’histoire, qui sont le théâtre des vols, pillages et autres « trocs » voire même des destructions

Dans un premier temps , c’est la colonisation. Période qui court d’environ 1880 à 1960. L’idée c’est de mettre fin aux croyances et aux religions locales pour imposer la sienne. Pour cela on va confisquer mais surtout encourager la destructions des oeuvres d’arts par les administrations coloniales en place dans les différents pays.

Dans une deuxième temps, c’est la relève des administrations coloniales par les hommes d’églises : les Jésuites sont sur le continent depuis 1814 dont la mission est l’implantation de l’église, le prosélytisme et la formation des futurs chrétiens.

 Les deux instances coloniales s’allient donc, pour le meilleur et surtout pour le pire et pillent littéralement le continent et remplissent les musées européens. Tout est une course à cette époque: matière premières et patrimoine artistique: tout y passe, rien n’est trop sacré ou trop beau.

Et enfin vient le temps des indépendances et de la décolonisation, le pillage institutionnalisé laisse place aux marchands d’arts plus ou moins honnêtes. Ils profitent des conflits internes, externes ou tout simplement du chaos dans lequel certains pays, certaines ethnies sont laissées au sortir de la colonisation. Tous les coups sont permis pour faire sortir du continent tout ce qui avait été caché, ce qui avait échappé aux premiers arrivés.

En 2021 il est impossible de quantifier ou d’identifier la localisation exactes des oeuvres volées, sauf celles dans les musées. Il appartient aux gouvernements d’organiser le retour des oeuvres là d’où elles viennent. Mais encore une fois la marche à suivre semble compliquée: la France à choisi une tactique celle d’une communication flamboyante: des discours, des cérémonies. Le faste français en somme. Outre-rhin, L’Allemagne à annoncée en Aout 2021 qu’une collection appelée Bronzes du Bénin serait rapatriée à son Nigeria d’origine (pour la petite info le Nigéria était appelé à l’époque:  Royaume du Bénin). La Belgique quant à elle opte pour une résolution en interne au motif que l’annonce et la publicité du retour des oeuvres pourrait être perçu comme paternaliste, cependant  les oeuvres d’art tardent encore à prendre la route de Kinshasa et autres capitales africaines.

Le retour des oeuvres volées ne date pas d’hier, mais de nombreux obstacles sont encore le chemin du retour. Le plus gros d’entre eux: la conservation des oeuvres. Si le message aux dirigeants et ministres de la cultures des pays d’occident peut être résumé par un : « Rendez tout », le message aux dirigeants africains doit être d’investir dans les infrastructures qui permettront aux population locales d’admirer et de profiter de leur patrimoine artistique. L’un des plus riches et divers de la planète. 

Vous pouvez encore visionner le live ici 

Enjeux sur Facebook

This message is only visible to admins.
Problem displaying Facebook posts.
Click to show error
Error: Server configuration issue

Suivez-nous sur Twitter

Envoyer une vidéo

Vous êtes éditeur et vous aimeriez partager votre créativité avec le monde? Soumettez votre vidéo en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Envoyer une vidéo

RECEVEZ L’ACTUALITÉ

Abonnez-vous à la newsletter pour recevoir nos nouvelles. Restons à jour!

logo couleur Enjeux