La nouvelle est enfin tombée. Deux grandes figures de la politique ivoirienne viennent d’être libérées. Laurent Gbagbo, ancien Président de la Côte d’Ivoire et son ministre de la jeunesse, Charles Blé Goudé ont été acquittés par la Cour Pénale Internationale qui s’est prononcée ce mardi 15 janvier à La Haye.  

La nouvelle est enfin tombée. Deux grandes figures de la politique ivoirienne viennent d’être libérées. Laurent Gbagbo, ancien Président de la Côte d’Ivoire et son ministre de la jeunesse, Charles Blé Goudé ont été acquittés par la Cour Pénale Internationale qui s’est prononcée ce mardi 15 janvier à La Haye.  

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé viennent de sortir des griffes acérées de la CPI où ils étaient détenus depuis des années.  La première chambre de la CPI a prononcé ce mardi matin l’acquittement de ces deux hommes, estimant que les charges réunies par le procureur étaient insuffisantes. Pour rappel, l’ancien Président ivoirien, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, anciens leaders des Jeunes Patriotes sont poursuivis depuis quelques années pour crime contre l’humanité. Il s’agit plus précisément de meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains, pour lesquels les deux détenus ont plaidé non coupable. Ils ont été interpellés suite aux violences survenues après les élections présidentielles de 2011 en Côte d’Ivoire.

Les deux Ivoiriens, qui attendaient cette issue depuis belle lurette, n’ont pu contenir leur joie de recouvrer la liberté définitive après plus de sept ans pour l’ancien président ivoirien et bientôt cinq ans pour le ministre de la Jeunesse de son dernier gouvernement.

Cette nouvelle marque ainsi la fin d’un marathon judiciaire (plein de  rebondissements et de reports d’audiences) au cours duquel la procureure Fatou Bensouda et son équipe n’ont pu apporter les preuves du « plan commun mis en place par le régime Gbagbo pour se maintenir au pouvoir par tous moyens, y compris la violence. » 

La crédibilité de la CPI en question !

L’Afrique semble être le continent  où la question de l’impunité est préoccupante en raison des interférences entre le pouvoir politique et le pouvoir judiciaire. Pour redresser cette situation plutôt inquiétante car elle tend à se développer et entraîne avec elle le déclin de la justice pénale internationale, les États ont décidé de créer une cour internationale en situation de lutter contre l’impunité : il s’agit de la Cour Pénale Internationale (CPI). La CPI est une juridiction internationale permanente à vocation universelle, créée en juillet 1998 à Rome par le biais d’un consensus entre les États dont le Statut n’entrera en vigueur que le 1er juillet 2002. A sa création, elle fut chargée de juger les personnes accusées d’avoir commis  des génocides, des crimes contre l’humanité et crimes de guerre. La CPI est le point central de la justice pénale internationale parce qu’elle veille scrupuleusement à l’application des règles du droit pénal international, en dernier recours et en cas de défaillance des États, permet à certaines victimes d’obtenir justice, renforce l’État de droit et contribue à reconstituer le tissu social. Mais cette Cour n’existerait sans doute pas sans l’implication des États africains. Beaucoup d’hommes politiques africains sont passés devant cette Cour. Ils ont été pensionnaires de la CPI  à la prison de Scheveningen. Parmi ceux-ci, figure en bonne place Laurent Gbagbo. Il est d’ailleurs le premier Chef d’Etat à y être incarcéré jusqu’au jour de son acquittement. 

Laurent Gbagbo (à gauche) et Charles Blé Goudé – @ Frédéric Goré-Bi / RTIinfo

D’autres figures politiques du continent sont passées par cette Cour qui semble déranger.  Plusieurs hauts dirigeants et hommes politiques africains ont formulé ces dernières années des allégations de poursuites discriminatoires et de justice faisant preuve d’iniquité  géographique.  A part Slobodan Praljak qui s’est suicidé en pleine audience, en avalant du poison, l’opinion internationale (surtout africaine) pense souvent que cette Cour est réservée aux dirigeants africains. Même le fameux Président américain Donald Trump a pointé un doigt accusateur sur cette instance juridique en la qualifiant de « n’importe quoi ». 

Ce qui milite encore en défaveur de la crédibilité de cette Cour, c’est l’avalanche d’acquittements des hommes politiques qui y passent. Presque tous les dirigeants politiques africains ont été libérés pour absence de preuves et insuffisance de charges. On se souvient  encore de Jean-Pierre Bemba et bien d’autres. Quel crédit peut-on donc accorder à cette juridiction qui enchaîne acquittements et libérations ces dernières années ? L’acquittement de Gbagbo aura-t-il un impact sur la crédibilité de cette Cour ? 

C’est à croire que la CPI se livre à une sorte de mélodrame dans lequel les dirigeants africains jouent le rôle de personnages tragiques. On se demande si cette CPI ne garde pas exprès les hommes politiques indésirables dans leurs pays, pour les libérer plus tard après des séries de procès simulés ? A quoi joue cette juridiction internationale censée incarner la justice et l’équité ? 

A qui profite la liberté définitive de Gbagbo ? 

Dans les rues de la Côte d’Ivoire, les partisans de l’ancien Chef d’Etat ivoirien ont laissé éclater leur joie. Après le verdict de la CPI, la liesse populaire a embrassé presque toutes les villes du pays. Une jubilation qui est loin d’être générale, car, à la veille de la nouvelle, le Collectif des Victimes de la Côte d’Ivoire (CVCI) a manifesté dans les rues d’Abidjan son opposition à l’éventuelle libération provisoire de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo. Le 14 janvier 2019, ce Collectif a pris d’assaut l’esplanade du siège de la Commission nationale des Droits de l’homme de Côte d’Ivoire (CNDHCI) à Cocody pour marquer son mécontentement.

 Si Laurent Gbagbo est libéré, nous aussi nous allons sortir dans les rues pour manifester notre mécontentement. La CPI doit mettre la question des victimes au cœur de son processus. Nous attendons de la CPI, vérité, justice et réparation. Si vous libérez les auteurs de crimes, c’est que vous encouragez aux crimes. », a déclaré Issiaka Diaby, Président du Collectif des Victimes de la Côte d’Ivoire. 

 Laurent Gbagbo libéré : quels impacts politiques en Côte d’Ivoire ?

 Dans un livre co-écrit avec le journaliste François Mattei, intitulé  Libre. Pour la vérité et la justice et publié aux éditions Max Millo, l’ancien chef de l’Etat ivoirien fait quelques confidences sur sa vision de son avenir. Persuadé qu’il sera acquitté par la Cour pénale internationale  début 2019, il évoque son retour au village et n’écarte pas de revenir au-devant de la scène politique de son pays. « Mon ambition, c’est de revenir chez moi en Côte d’Ivoire », a-t-il confié à François Mattei. 

Signalons que cette libération intervient à moins d’un an de la prochaine échéance présidentielle, la bataille pour la succession d’Alassane Ouattara qui est au pouvoir depuis le 06 mai 2011. La cartographie politique de la Côte d’Ivoire changera à coup sûr. Les tractations politiques se profilent déjà à l’horizon surtout quand on sait que Guillaume  Soro, l’actuel Président de l’Assemblée Nationale ivoirienne, tente de se réconcilier avec Gbagbo. De quoi donner de l’insomnie à Ouattara ? Les prochains jours nous édifieront.  

Crédit Image : Capture d’écran APTN Live et Frédéric Goré-Bi/RTIinfo

 

Jean-Paul Tooh-Tooh

Jean-Paul Tooh-Tooh

Titulaire d'une Maîtrise et d'un Diplôme d'Etudes Approfondies en Lettres, il embrasse la carrière d'écrivain. À l'actif de Jean-Paul, une dizaine de publications. Consultant en Communication stratégique et journaliste, il est correspondant éditorialiste de la région Afrique pour Enjeux Télévision.

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire

Enjeux sur Facebook

Unable to display Facebook posts.
Show error

Error: Error validating access token: Session has expired on Monday, 20-Aug-18 06:55:30 PDT. The current time is Saturday, 20-Apr-19 11:35:57 PDT.
Type: OAuthException
Code: 190
Subcode: 463
Please refer to our Error Message Reference.

Suivez-nous sur Twitter

Envoyer une vidéo

Vous êtes éditeur et vous aimeriez partager votre créativité avec le monde? Soumettez votre vidéo en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Envoyer une vidéo

RECEVEZ L’ACTUALITÉ

Abonnez-vous à la newsletter pour recevoir nos nouvelles. Restons à jour!